Les belles étrangères

 

 

 

 

 

 

Les belles étrangères

Les belles étrangères
Qui vont aux corridas
Et qui se pâment d'aise
Devant la muleta
Les belles étrangères
Sous leur chapeau huppé
Ont le teint qui s'altère
A l'heure de l'épée

Allons, laissez-moi rire
On chasse on tue on mange
On taille dans le cuir
Des chaussures, on s'arrange
Et dans les abattoirs
Où l'on traîne les bœufs
La mort ne vaut guère mieux
Qu'aux arènes le soir

Les belles étrangères
Quand montent les clameurs
Se lèvent les premières
En se tenant le cœur
Les belles étrangères
Se jurent à jamais
De chasser Ordóñez
De leurs rêves secrets

Allons laissez-moi rire
Quand le toro s'avance
Ce n'est pas par plaisir
Que le torero danse
C'est que l'Espagne a trop
D'enfants pour les nourrir
Qu'il faut parfois choisir
La faim ou le toro

Les belles étrangères
Végétariennes ou pas

x2
Quittent leur banc de pierre
Au milieu du combat

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×