Mon vieux

  En 1962, Michelle Senlis écrit le texte Mon vieux en hommage à son père que Jean Ferrat met en musique en 1963. La même année, la chanson est interprétée par deux chanteurs, Jacques Boyer et Jean-Louis Stain. Le 7 novembre 1963, le père de Michelle Senlis meurt ; cette dernière demande alors à ce que la chanson ne soit plus exploitée  . Toutefois, en 1974, elle accepte de co-signer la reprise de Daniel Guichard. Plus tard, elle déclare regretter ce geste car elle reproche à Daniel Guichard d'avoir interprété dès 1973 la chanson avec des paroles retouchées sans son accord et que « tous » lui ait caché au moment de signer. De plus, suite à l'énorme succès recueilli par la reprise de Daniel Guichard, Michelle Senlis dit avoir mal vécu la « fausse filiation » que les journalistes ont fait entre Daniel Guichard et la chanson.

 

 

 

 

Daniel Guichard
MON VIEUX

Paroles et musique: Daniel Guichard - Jean Ferrat - M. Fricault, 1974


Dans son vieux pardessus râpé,
Il s'en allait l'hiver, l'été,
Dans le petit matin frileux,
Mon vieux...

Y'avait qu'un dimanche par semaine,
Les autres jours, c'était la graine
Qu'il allait gagner comme on peut,
Mon vieux...

L'été, on allait voir la mer.
Tu vois, c'était pas la misère,
C'était pas non plus le paradis.
Eh oui, tant pis...

Dans son vieux pardessus râpé,
Il a pris, pendant des années,
Le même autobus de banlieue,
Mon vieux...

Le soir, en rentrant du boulot,
Il s'asseyait sans dire un mot,
Il était du genre silencieux,
Mon veux...

Les dimanches étaient monotones,
On ne recevaient jamais personne.
Ça ne le rendait pas malheureux,
Je crois, mon vieux...

Dans son vieux pardessus râpé,
Les jours de paye, quand il rentrait,
On l'entendait gueuler un peu,
Mon vieux...

Nous, on connaissait la chanson,
Tout y passait: bourgeois, patron,
La gauche, la droite, même le Bon Dieu.
Avec mon vieux...

Chez nous, y'avait pas la télé,
C'est dehors que j'allais chercher,
Pendant quelques heures, l'évasion.
Je sais, c'est con...

Dire que j'ai passé des années
À coté de lui, sans le regarder.
On a à peine ouvert les yeux,
Nous deux...

J'aurais pu, c'était pas malin,
Faire avec lui, un bout de chemin
Ça l'aurait peut-être redu heureux
Mon veux...

Mais quand on a juste quinze ans,
On n'a pas le coeur assez grand
Pour y loger toutes ces choses-là
Tu vois...

Maintenant qu'il est loin d'ici,
En pensant à tout ça, je me dis:
J'aimerai bien qu'il soit près de moi,
Papa...

 

 

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×